Une nouvelle impulsion des politiques publiques

Publié le 13.02.14

Les propositions AGEFA PME pour redonner de l’ambition au projet de loi sur l’apprentissage : dernier volet

L’enseignement professionnel ne doit plus être une voie de garage pour nos jeunes mais un véritable tremplin. Seul un enseignement professionnel fort, diversifié, qui repose sur la même ambition d’excellence que l’enseignement général et technologique permettra de lutter structurellement contre le chômage.

Il est absolument nécessaire de bâtir un nouveau contrat fondateur entre l’Education et l’Économie, au service des jeunes et de nos entreprises. Tous les acteurs sont demandeurs, que ce soient les élèves, les étudiants, les apprentis, les enseignants ou les entreprises. L’intérêt général le commande.

Loin d’un apprentissage réservé aux élèves en difficultés, AGEFA PME défend en effet une vision de l’enseignement professionnel comme voie d’excellence, du CAP jusqu’au Master (30 % des apprentis sont aujourd’hui à l’Université, en écoles de commerce ou d’ingénieurs) qui prépare nos jeunes aux besoins de l’économie de demain ; un outil majeur de lutte contre le chômage structurel des jeunes.

En concertation avec les acteurs concernés, AGEFA PME partage ses propositions pour rendre le projet de loi plus ambitieux au service de nos jeunes.

Développer l’enseignement professionnel comme voie d’excellence

L’enseignement professionnel ne doit plus être une voie de garage pour nos jeunes mais un véritable tremplin. Seul un enseignement professionnel fort, diversifié, qui repose sur la même ambition d’excellence que l’enseignement général et technologique permettra de lutter structurellement contre le chômage.

Nos propositions

Pour atteindre ces objectifs essentiels, AGEFA PME propose de :

  • Créer puis valoriser un véritable socle d’enseignements généraux commun à tous les diplômes de l’enseignement professionnel, en lien avec les humanités, les réalités sociales et culturelles. Le gouvernement doit avoir conscience, et instiller dans l’esprit des citoyens, qu’il n’existe pas qu’une seule voie royale, unique, pour notre jeunesse !
  • Valoriser l’accès à la voie professionnelle à chaque niveau du cursus secondaire et universitaire.
  • S’assurer que l’accès aux bourses soit le plus large possible pour les jeunes qui ont fait le choix de l’apprentissage et/ou de l’enseignement professionnel. Ainsi, le gouvernement lutterait efficacement contre le décrochage scolaire.

Un nouveau contrat unissant l’Education Nationale aux collectivités

Nos propositions

AGEFA PME milite pour le rapprochement entre l’Education et l’Économie. Celui-ci doit reposer à la fois sur des lieux de réflexion comme le Conseil National Education Économie (CNEE) et le comité SUP’EMPLOI mais aussi sur des actions des organisations patronales, via, par exemple, la mise en place de conventions avec les ministères en charge de l’éducation et de l’enseignement supérieur permettant ainsi des appels à projets locaux. Concrètement, pour créer un nouveau contrat entre le monde de l’entreprise et celui de l’éducation, AGEFA PME recommande de :

  • Promouvoir une pédagogie collaborative ou « de projet » qui associe dans le plus de cas possible la réalité de l’entreprise et des territoires, via la multiplication des périodes de stages.
  • Tenir compte des spécificités locales

Les sujets d’examens liés ne doivent plus être décidés nationalement, à Paris, mais au niveau local, en coopération avec les chefs d’entreprises pour tenir compte des spécificités des territoires. Ainsi, nous sortirons du schéma pédagogique hiérarchique qui caractérise le système éducatif français.

  • Donner aux enseignants et aux cadres de l’enseignement supérieur et de l’éducation nationale une connaissance réaliste de la vie de l’entreprise en mettant en place un module de connaissances des entreprises dans les formations qui leur sont dispensées.
  • Rendre le monde des entreprises plus attractif. C’est à quoi nous travaillons quotidiennement à AGEFA PME dans des programmes nationaux sur la connaissance des entreprises. La question posée ici est celle de l’image de l’entreprise tant auprès des enseignants qu’auprès des parents et des jeunes. C’est une question d’éducation à l’entreprise et de découverte des métiers.
  • Constituer un club des ambassadeurs des PME qui interviendrait dans le cadre du Parcours Individuel d’Information, d’Orientation et de Découverte du Monde Économique et Professionnel pour parler non seulement de leur métier et de leur vie de chef d’entreprise, mais aussi de la PME en général avec, en support, un kit pédagogique à élaborer.
  • Inscrire les témoignages des chefs d’entreprises dans les parcours pédagogiques de troisième et de seconde pour que l’information des élèves soit optimale.

Partagez

  • Envoyer par mail