Maître d’apprentissage

Le maître d’apprentissage est le référent dans l’entreprise du jeune tout au long de sa formation. Il transmet le savoir-faire spécifique à l’entreprise et au métier. Il est désigné dans le cadre du contrat d’apprentissage. Le chef d’entreprise ou un salarié peut être maître d’apprentissage.

Le maître d’apprentissage doit être titulaire d’un diplôme ou d’un titre au moins égal à celui préparé par l’apprenti et posséder une expérience professionnelle d’au moins trois ans, en relation avec la qualification visée par le diplôme ou le titre.

S’il ne remplit pas la première condition, le maître d’apprentissage doit justifier d’un niveau minimal de qualification déterminé par la commission départementale de l’emploi et de l’insertion et d’une expérience professionnelle d’au moins cinq ans, en relation avec la qualification visée par le diplôme ou le titre. S’il ne possède pas ce niveau minimal, il est déterminé si la personne remplit les conditions de compétence professionnelle après avis du Recteur d’académie ou du directeur régional de la jeunesse, des sports et de la vie associative.

L’employeur doit permettre au maître d’apprentissage de dégager sur son temps de travail les disponibilités nécessaires à l’accompagnement de l’apprenti et aux relations avec le CFA. Il veille à ce que le maître d’apprentissage bénéficie de formations lui permettant d’exercer correctement sa mission et de suivre l’évolution du contenu des formations dispensées à l’apprenti.

Un accord d’entreprise ou de branche peut définir les modalités de mise en œuvre et de prise en charge des formations des maîtres d’apprentissage. Le Comité d’Entreprise doit être consulté sur les conditions de formation des maîtres d’apprentissage.

À défaut d’un tel accord, les actions de formation permettant l’exercice du droit à la formation sont les actions de promotion ou d’acquisition, d’entretien ou de perfectionnement des connaissances ou les actions de qualification, c’est-à-dire celles qui conduisent à une certification reconnue.

Les OPCA pourront prendre en charge les dépenses engagées par l’entreprise pour ces formations.

Le ministère du Travail souhaite inscrire au RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles) une certification « maître d’apprentissage » d’ici janvier 2015 et d’inciter les branches à négocier des dispositions sur leur rémunération et leur statut.

Partagez

  • Envoyer par mail